L’Homme serait-il en train d’écrire son mode d’emploi ?

Les renforcateurs primaires sont à la racine de nos comportements.

« Les dieux ont voulu que les homme ignorent ce qui les fait vivre » disait Hésiode 500 ans avant J.-C. Nous sommes en train d’en sortir, l’homme est en train d’écrire son mode d’emploi.

Le cerveau change dès qu’il comprend comment il fonctionne.

Lorsqu’on voit d’un seul regard 4 découvertes, plutôt récentes à l’échelle de l’histoire humaine, on arrive à avoir une vision globale de ce qui détermine nos comportements individuels et collectifs.

Voici ces 4 sources :

1 Les 5 renforçateurs primaires

Les 5 renforçateurs primaires qui activent le circuit de la récompense, se trouvant dans le striatum (structure assez primitive du cerveau ancien, au milieu du cerveau).

          • Nourriture
          • Sexe
          • Pouvoir
          • Curiosité
          • Paresse.

Voir Le bug humain, de Sébastien Bohler, 2019.

2 Le système limbique

Le système limbique tel qu’expliqué par le professeur Denis Ducreux, grâce à la nouvelle technique de la tractographie qui permet de voir le câblage du cerveau vivant. Voir l’article (et la vidéo) Neurologie, le système limbique dans les règles de l’art. Le Quotidien du médecin.

3 L’adhésion émergentiste

A chaque instant notre esprit fait émerger une réalité mentale qu’on appelle phénoménologie. Le meilleur exemple en est le moment, au cinéma ou au théâtre, où on est « pris » par le spectacle, on est littéralement pris par lui. On peut être amené à pleurer lors d’un spectacle alors qu’on sait parfaitement que ce n’est qu’une représentation.

Voir l’article : Bressan Paem article cerveau psycho

et le livre de Yannick Bressan: “La particule fondamentale de l’être”

4 Les processus d’imitation automatique

Les processus d’imitation automatique qui sont sans doute hébergés par le système des neurones-miroirs
Lorsque l’on voit quelqu’un agir avec une intention cela active le système des neurones-miroirs du cerveau, que l’on voie l’action, que l’on y pense ou qu’on la fasse. Ce système d’imitation peut connaître un accident qui est l’imitation rivalitaire ou encore “désir mimétique” comme cela a été largement exposé par René Girard. Ce mécanisme a, récemment, bien été objectivé en imagerie cérébrale, par l’équipe de Mathias Pessiglione de l’Institut du cerveau et de la moëlle à Paris: Pessiglione JNeurosci2012

« Quand deux hommes désirent la même chose alors ils deviennent ennemis »
Thomas Hobbes (1588 – 1679), le Léviathan, 1651. 

Tout cela pourrait apparaitre comme une fatalité inexorable, une “antique malédiction”, l’homme ne pourrait pas faire autrement que de toujours finir par détruire ce qu’il a construit. Mais on peut aussi penser que les neurosciences pourraient nous permettre de passer l’obstacle grâce à ce que l’on pourrait appeler du “neurofeedback cognitif “. Le simple fait que le cerveau comprenne comment il fonctionne permet de changer son fonctionnement et bien souvent de redonner des marges de maitrise comme décrit ici:

Le film “Mon oncle d’Amérique”, réalisé en 1979, est un des premiers sinon le premier film de vulgarisation des neurosciences en direction du grand public. Ce film a été réalisé par Alain Resnais avec comme inspirateur Henri Laborit, le découvreur des neuroleptiques qui changea le cours des choses en psychiatrie, en anesthésie, et en éthologie bien plus que ceux qui occupaient le devant de la scène sur ces sujets à cette époque, comme maintenant.

A la fin du film voici ce que dit Henri Laborit:

 « Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chance qu’il y ait quoi que ce soit qui change. »

Le cerveau est la seule structure de l’univers connu qui ait la propriété de voir sa structure matérielle modifiée par un simple apport d’information, c’est ce qui autorise tous les espoirs pour réussir à vaincre les défis que l’humanité affronte au 21 ème siècleet en particulier celui de l’obscurantisme dont les masques, bien souvent, prennent les apparences les plus séduisantes.